Parole aux canards

A propos de Noels

« …Ce spectacle en duo avec Samir Mouhoubi aborde avec subtilité la culture méditerranéenne porté par une écriture poétique et philosophique remarquable..  » Philippe Coulange directeur FOL66.

L’Indépendant du 25 décembre 2011 (Ville d’Elne)
 » Un spectacle de la conteuse Sabine Puech et du musicien Samir Mouhoubi, devant une salle pleine de grands et de petits. Des enfants qui amenaient leurs parents voir ce spectacle, qu’ils avaient découvert au cours des jours précédents en séances scolaires. C’est dire si le plaisir avait été grand pour eux ! Grâce à un texte subtil, et une belle complicité entre les deux artistes, ce spectacle est un joli moment où le mythe de Noël est revisité de belle façon, avec beaucoup d’humanité, un zeste de folie, et plein de tendresse. »

A propos du mal amère :

VISUALISER UN EXTRAIT : https://www.youtube.com/watch?v=VxPYgk7BOOw

Festival international de Béjaïa (Algérie) Mohand Beriche « Texte époustouflant d’une traversée du temps avec haltes aux stations d’amour. Un amour vu sous tous les angles et « vécu  » par Lili, la vieille fille de 30 ans. L’inexpérimentée qui se livre aux sensations et plaisirs saisonniers pour en devenir l’être idéale mais faute de rumeurs devient adultère, coupable proie d’un amour – sens unique- livré par la nonchalance des hommes de pas sage (…) Point de débats mais les ébats sont une voie vers le fantasme… Déshabiller une prestation qui transporte tel un papillon d’une sensation à l’autre pour méditer l’amour. Un amour pour un temps ou partagé pour l’éternel »

Vaucluse matin Festival Avignon off 2011
 « Le mal amère est une parole hybride entre l’art du conte et celui du théâtre. Sabine est à la fois auteure, conteuse, comédienne ou pour mieux dire la sage-femme de ce récit fantastique qu’elle a fait naître et aujourd’hui qu’elle accompagne au plus juste à la volée du monde, yourte des arts du récit, Sabine offre avec générosité et profondeur son histoire. Dès les premiers mots sa voix grave et suave nous transporte au bord de la méditerranée. L’écriture ciselée et poétique nous parle des réalités humaines, de la difficulté à être puis le récit dérape dans un monde sur réel. La part onirique, comme un rêve intérieur nourrit en échos le quotidien des personnages qu’elle habite. Très belle présence pour cette jeune femme débordant de malice. »

Les techniciens des réserves naturelles catalanes parlent du Desman:

« Lumière tamisée, un son de flûte emplit la salle. Sur un rythme de percussion, museau en l’air, il avance sur scène… Lui, le Desman des Pyrénées, cet animal mystérieux et méconnu, est sous les feux des projecteurs ce soir. Par ses merveilleuses mimiques, Sabine lui donne vie et nous entraine dans l’univers aquatique de ce fabuleux personnage. Nadia chante le blues rock du desman, Sabine joue avec les mots et toutes deux jonglent entre naturalisme et réflexions profondes sur la nature humaine. »

A propos de Gilgamesh

Lien : http://www.lindependant.fr/2014/04/25/les-collegiens-de-gustave-violet-remontent-aux-sources-de-l-ecriture,1875785.php